Dossier Génie Civil et manutention Mobilité Matériel agricole et horticole

De nouveaux tachygraphes et une nouvelle norme VECTO arrivent

Avec l’introduction prévue d’un nouveau type de tachygraphe et de nouvelles normes environnementales, le secteur des poids lourds sera bien occupé dans les prochains mois. Que vont apporter ces deux nouveautés et comment le secteur doit-il s’y préparer ? La commission « camions » a récemment informé ses membres lors d’une visite de travail chez DAF Trucks, à Westerlo.

L’introduction de la nouvelle génération de tachygraphes fait suite à l’approbation d’une nouvelle directive européenne de 2014, avec laquelle l’Europe voulait faire coup double : d’une part, limiter les frais en réprimant la concurrence déloyale et, d’autre part, améliorer la sécurité routière.

« Dans les nouveaux tachygraphes, trois abréviations sont importantes, explique Hubert Pinckaers du distributeur Phelec. GNSS (Global Navigation System), DSRC (Dedicated Short Range Communication) et ITS (Intelligent Transport System). Le GNSS est un module capable de réceptionner les signaux GPS américains, mais aussi ceux du système européen Galileo. Il enregistre le lieu où se trouve le véhicule lorsqu’on introduit la carte, puis qu’on la retire après trois heures cumulées de temps de conduite.Parallèlement, il sert également de deuxième signal de sécurité. Le DSRC permet de contrôler le véhicule même lorsqu’il est en mouvement. Par exemple, la police peut rouler à côté d’un camion et ainsi lire certaines données, entre autres sur l’étalonnage, le numéro VIN, le poids et la vitesse. Attention : il est impossible de consulter de la sorte les temps de conduite et de repos. C’est à titre purement indicatif, dans l’optique de procéder éventuellement à un contrôle plus approfondi, et non d’infliger automatiquement des amendes. »

L’ITS, enfin, est une nouvelle interface standardisée permettant de partager les données du tachygraphe avec, par exemple, des ordinateurs de bord ou des applications numériques. Hubert Pinckaers : « De nouvelles cartes vont aussi arriver. Les cartes actuelles pour les chauffeurs, les contrôleurs et les entreprises sont bien compatibles avec les systèmes 1b et 1c. La seule différence, c’est que quand on en introduit une (1b) dans un système 1, les données GNSS ne sont pas stockées. En revanche, les cartes d’atelier actuelles ne sont pas compatibles avec les nouveaux tachygraphes. Elles devront donc être remplacées à terme. »

Une nouvelle norme VECTO

Il n’y a pas que le nouveau tachygraphe qui arrive dans le secteur des camions. À partir du 1er juillet, les poids lourds doivent être munis d’un document (le dossier d’information client) mentionnant son score « VECTO ». Le VECTO (Vehicle Energy Consumption Tool) est une nouvelle norme qui détermine à quel point un camion est polluant. Dans ce cadre, l’analyse va plus loin que la seule consommation de carburant. Des facteurs tels que, entre autres, l’aérodynamique du véhicule, sa résistance au roulement, son poids et l’efficacité de son moteur jouent aussi un rôle.

« La base du VECTO est un programme de calcul où sont introduites toutes ces différentes données », explique Thomas Van De Veegaete de TH Trucks. « Il en ressort trois valeurs différentes, exprimées en grammes par tonne par kilomètre : pour le transport urbain, régional et sur de longues distances. Car, bien entendu, la façon dont un véhicule est utilisé a aussi un impact. Pour l’Europe, c’est également une base pour imposer des objectifs aux constructeurs. Et ils ne sont pas insignifiants. D’ici 2025, les camions doivent émettre 15 % en moins, et déjà 30 % d’ici 2030. Les amendes prévues en cas de non-respect de ces normes ne sont pas insignifiantes non plus. »

Le dossier d’information client des nouveaux véhicules 4x2 et 6x2 de plus de 16 tonnes doit être disponible à partir du 1er juin. Les véhicules 4x2 entre 7,5 et 16 tonnes suivront le 1er janvier 2020, puis les véhicules 6x4 et les 8x4 six mois plus tard. Un score VECTO sera également, encore plus tard, nécessaire pour les bus, par exemple.

Un bon VECTO, avec une consommation pourtant élevée

Le VECTO serait-il la meilleure invention depuis l’eau chaude ? Quelques remarques s’imposent quand même, explique Thomas Van De Veegaete. « Il est tout à fait possible qu’un camion obtienne un bon score VECTO, tout en ayant une consommation élevée de carburant. Par exemple, en ajoutant un béquet, un camion obtient une meilleure aérodynamique et donc un meilleur score. Mais si, par après, le semi-remorque ne dépasse pas le béquet, il n’a en fait que peu de sens. Bien au contraire. De même, des facteurs tels que la météo, la conduite et les conditions de route, par exemple, ne sont pas repris dans le calcul. Enfin, VECTO ne tient pas non plus compte, par exemple, des formations du chauffeur ou du « platooning », la technologie qui permet à des camions de rouler très près l’un de l’autre et donc de diminuer leur consommation. »