Actualité Mobilité

Etiquetage harmonisé pour les carburants

14-11-2018

Une directive européenne porte sur le déploiement des infrastructures de carburants alternatifs. Cette directive répond aux besoins futurs de l’Europe pour un accès plus large à ces mêmes carburants et prévoit, de ce fait, l’obligation d’un étiquetage harmonisé sur les véhicules neufs, les pompes à carburant et, ultérieurement, les stations de recharge pour véhicules électriques.

Pour permettre aux conducteurs de choisir plus aisément les carburants compatibles avec leurs véhicules, l’Europe a prévu d’en harmoniser l’étiquetage sur l’ensemble de son territoire. A savoir, les 28 États Membres de l’Union européenne, les pays de l’EEE (Islande, Liechtenstein et Norvège) ainsi que la Macédoine, la Serbie, la Suisse et la Turquie, membres du CEN.

La directive qu’ont adopté ses instances prévoit en effet le déploiement à partir d’octobre 2018 d’un nouvel ensemble unique et harmonisé d’étiquettes de carburants. 

Tous types confondus

Destinées à tous les véhicules motorisés à deux, trois ou quatre roues, y inclus les utilitaires, bus et autocars neufs immatriculés à partir d’octobre 2018, ces nouvelles étiquettes seront non seulement apposées à proximité immédiate du bouchon à carburant, dans le manuel d’utilisation et dans sa version électronique si le véhicule en dispose.

Soulignons que les constructeurs automobiles ne recommandent pas d’installer les étiquettes sur les véhicules plus anciens.  

Ces mêmes étiquettes se retrouveront bien entendu également dans les stations-service, apparaissant alors sur la pompe, ainsi que sur le pistolet de distribution, et ce, pour l’essence, le diesel, l’hydrogène (H2), le gaz naturel comprimé (GNC), le gaz naturel liquéfié (GNL) et le gaz de pétrole liquéfié (GPL). 

Forme spécifique

L’étiquette est simplement un outil visuel permettant d’aider le consommateur à vérifier qu’il choisit correctement le carburant approprié pour son véhicule.

Il existe dès lors un modèle d’étiquette spécifique pour chaque type de carburant.

Pour les distinguer plus aisément, ces étiquettes se caractérisent par une forme propre à chaque carburant et des informations relatives à sa teneur maximale en biocarburant. 

Essence = cercle

L’information à l’intérieur de la forme sur la teneur en biocarburant de l’essence est désignée par « Exx ». « E » signifie « éthanol » et «xx» est la quantité maximale d’éthanol recommandée à comparer avec celle disponible sur la pompe à carburant. 

Diesel = carré

L’information à l’intérieur de la forme sur le contenu biologique du diesel est désignée

par « Bxx ». « B » signifie biodiesel et « xx » est la quantité maximale de bio-carburant recommandée à comparer avec celle disponible sur la pompe à carburant. 

Diesel paraffinique = carré

Fabriqué par synthèse ou hydrotraitement et de composition assez similaire au carburant diesel traditionnel, le diesel paraffinique porte la dénomination XTL. La norme EN15940 qui l’encadre autorise une teneur en esters méthyliques d’acides gras (EMAG) jusqu’à 7 %. 

Gaz = losange

L’information à l’intérieur de la forme indiquera si le véhicule peut être ravitaillé en hydrogène (« H2 »), gaz naturel comprimé (« GNC »), gaz naturel liquéfié (« GNL ») ou gaz de pétrole liquéfié (« GPL »).

Quid des véhicules électriques ?

Une norme CEN est en cours de préparation pour les étiquettes applicables aux véhicules électriques et hybrides rechargeables, ainsi qu’à leurs points de recharge.

Il est prévu qu’une communication similaire pour ces véhicules et les points de recharge soit effectuée en temps utile.