Actualité Deux-roues

Le marché des cycles passé au crible

23-03-2018

Le marché des cycles a le vent en poupe. Pour preuve, le nombre de deux-roues vendus qui ne cesse d’augmenter. Le vélo s’envisage de plus en plus fréquemment comme un moyen de transport à part entière, une véritable alternative à la voiture, plutôt que comme une manière de faire du sport. 

Une évolution positive objectivée par une étude de marché menée par EDUCAM, en collaboration avec TRAXIO. Cette enquête dresse pour la première fois une cartographie du secteur et passe à la loupe différents éléments allant de l’évolution du nombre de vélos vendus, en passant par la concurrence et les évolutions futures, sans oublier la formation des travailleurs du cycle.

L’enquête, qui a pris la forme d’un questionnaire en ligne composé de 36 questions, a été envoyée par TRAXIO à l’ensemble des vélocistes, des importateurs et des fabricants de cycles en Belgique. Au total, 127 personnes ont pris part à l’enquête rédigée dans les deux langues et 115 participants ont répondu à toutes les questions.

Si l’on recense 1.710 détaillants en bicyclettes en Belgique, le secteur subit depuis quelques années la concurrence des magasins d’articles de sports, comme la chaîne Décathlon, qui est considérée par la plupart des répondants comme la plus importante menace.

De l’enquête Velofollies citée dans le rapport d’EDUCAM, il ressort aussi qu’en 2017, la vente de cycles a progressé de 2 % par rapport à l’année précédente, pour atteindre le chiffre de 485.168 acquisitions. Le vélo électrique domine désormais le marché puisqu’il représente 45 % des ventes en 2017, soit environ 218.000 bicyclettes électriques vendues. Il prend ainsi la tête du peloton, devant le vélo de ville avec 23,5 % et le vélo de course qui représente 10,7 % des ventes. 

L’évolution technologique et la diversification des modèles de cycles électriques, mais aussi l’apparition de nouveaux moyens de déplacement urbains comme l’hoverboard, le segway ou encore le triporteur, nécessitent l’acquisition de nouvelles connaissances et compétences en matière d’entretien et de réparation. 52 % des vélocistes qui ont répondu à l’enquête ont d’ailleurs indiqué avoir suivi une formation généralement dispensée par les fournisseurs de matériel ou les marques du secteur. Actuellement, si elles sont indispensables, ces formations s’avèrent aussi coûteuses et limitées aux produits de la marque concernée.

L’enquête menée par EDUCAM a également permis de déterminer qu’en matière de formation technique, les thèmes liés à l’électricité et à l’électronique constituent le top 5 des formations les plus recherchées, 77 % des réponses se situant au niveau de la connaissance approfondie et du diagnostic de la batterie d’un vélo électrique, 71 % au niveau du diagnostic et du dépannage pour moteur électrique et 65 % au niveau du diagnostic des e-bikes. On note aussi un intérêt important pour les technologies liées aux dérailleurs électriques et, dans une moindre mesure, pour les nouvelles technologies en matière de système de freinage et d’équipement. Les évolutions futures, tout comme les résultats complets de cette étude de marché, sont accessibles en faisant une demande par e-mail à l’adresse velo@traxio.be.