14/11/2018

Mémorandum anno 2019

Mémorandum anno 2019

La tension politique est palpable.  Cette année, les élections communales et provinciales nous appellent aux urnes.  Et l’an prochain, les élections régionales, fédérales et européennes requerront notre attention.

Après le franc succès de son mémorandum 2018, TRAXIO s’est à nouveau retroussé les manches pour 2019.  Le mémorandum se compose d’une liste de 35 points dont les politiciens doivent prendre compte.  Nous avons classé la multitude de problèmes en six piliers. 

Nous exigeons de la stabilité économique.  Non seulement le Brexit fait vaciller l’équilibre dont le marché économique a tant besoin, mais le populisme croissant le menace également.

Socialement, nous recherchons désespérément des profils adéquatement qualifiés.   Ce qui n’est pas uniquement bénéfique pour le marché du travail, mais aussi pour les jeunes fraîchement diplômés.  TRAXIO incite au rapprochement entre l’enseignement et le marché de l’emploi notamment par le biais de sa coopération avec l’Antwerp Management School, Thomas More & EDUCAM. Mais la situation est d’une nature telle que seule une méthodologie globale peut résoudre le problème en profondeur. 

L’écologie est un autre pilier crucial pour le bien de tous.  Bien entendu, les points doivent être mis à exécution de manière réfléchie sans influence de l’opinion publique, comme ce fut le cas lors du dieselgate.   Nous n’apprécions pas les décisions externes abruptes fondées sur une logique bancale, voire totalement incohérente. 

Fiscalement, nous insistons auprès des hommes politiques pour qu’ils pensent à long terme.  Pilier qui a notamment attiré notre attention à l’occasion du nouveau test WLTP.  La hausse d’impôt que ce test génère est un coup très dur pour notre secteur. 

Enfin, TRAXIO continue d’œuvrer à la simplification administrative de concert avec le gouvernement.  Les documents administratifs doivent aider l’entrepreneur à se consacrer efficacement et qualitativement à son activité principale et non pas lui occasionner une surcharge de travail.  C’est pourquoi toute la bureaucratie doit être repensée pour soulager nos membres.