Portraits Deux-roues

Bicyclic : un moteur du vélo wallon

16-09-2020

En 2006, Jean-Michel Poisket ouvrait son premier magasin de vélos dans l’agglomération liégeoise. Près de 15 ans plus tard, il est à la tête de cinq magasins dont le nom résonne dans tout le cœur de la Wallonie : Bicyclic.

Derrière la success-story de Bicyclic se cache un jeune homme que rien ne prédestinait à entreprendre dans le domaine du vélo. « En fait, j’ai toujours été passionné de mécanique » explique Jean-Michel Poisket, directeur de l’entreprise. « Dès l’adolescence, j’adorais bricoler et notamment réparer des mobylettes. Un jour, je me suis rendu dans un magasin de vélos pour acheter des câbles de freins. Ils étaient à la recherche d’étudiants pour les seconder dans l’atelier et je me suis donc naturellement proposé. J’ai travaillé là deux ans, et ça a été une révélation, j’ai su que je voulais continuer à travailler dans ce domaine ! »

Les affaires n’ont alors pas traîné à se mettre en place puisque sitôt sorti de l’école, Jean-Michel Poisket ouvre sa première boutique : Bicyclic était née ! « J’avais cette volonté d’entreprendre que je tenais de mes parents, eux-mêmes indépendants. Donc dès que j’ai pu, j’ai ouvert mon magasin de vélos. La surface était modeste, 150 m² environ. Mais c’était déjà très bien pour une première implantation » se souvient-il. Et le succès est au rendez-vous, à tel point que quatre ans plus tard, Bicyclic déménage dans son magasin actuel à la superficie bien plus généreuse de 1.200 m².

L’expansion presque inattendue

Le magasin implanté à Hognoul connaît un succès indiscutable dans la région et les affaires marchent bien pour Jean-Michel Poisket. Mais une proposition inattendue va donner un coup de fouet à ses activités. « En 2016, nous avons été approchés par un promoteur qui projetait l’ouverture d’un complexe hôtelier centré sur les activités cyclistes à Remouchamps. Et il souhaitait naturellement y implanter un magasin de vélo. Nous y avons réfléchi et avons accepté son offre. Si ce n’était pas nous, un de nos concurrents s’y serait installé et cela aurait été dommage de laisser passer une telle opportunité ».

La mise en place de cette seconde implantation a nécessité beaucoup de travail, désormais mis à profit pour l’expansion continue de la société. « Au moment de l’ouverture de la deuxième boutique, il a fallu penser à tout : installer un système de gestion informatique centralisé, une centrale téléphonique, des logiciels synchronisés…  Mais désormais, tout cela est bien en place, et on n’a plus qu’à dupliquer le modèle. Aujourd’hui, l’ajout d’un magasin est une formalité réglée en quelques clics ».

Et des magasins, Bicyclic en compte désormais cinq puisqu’aux entités de Hognoul et de Remouchamps sont venus s’ajouter Marche-en-Famenne, Liège (centre) et Namur (Jambes). « L’objectif à termes est de couvrir l’ensemble de la Wallonie. « Nous prévoyons donc d’ouvrir de nouveaux magasins à l’avenir, dont deux dans un futur proche » précise le dynamique patron. « Mais il est encore trop tôt pour en divulguer toutes les informations ».

La révolution électrique

Dans les rayonnages de Bicyclic, on trouve tout ce qui se rapporte au vélo : vêtements, pièces, accessoires, outillage, supports… et bien sûr tous types de vélo, sans distinction. On y trouve aussi bien des vélos pour enfant que des vélos de course professionnels en passant par les VTT, les vélos de ville ou de balade et bien entendu la grande tendance du moment, des vélos électriques. « Le vélo électrique a boosté le marché du vélo ! Il a permis d’élargir considérablement la cible potentielle de clients. Avant, avec les vélos mécaniques, les vélos s’adressaient surtout à une tranche d’âge de 5 à 60 ans, en bonne forme. Désormais avec l’électrique, tout le monde peut se mettre au vélo, des enfants aux personnes âgées, quelle que soit la condition physique ».

Jean-Michel Poisket est donc optimiste pour l’avenir de ce marché en pleine expansion, qui représente déjà quelque 60 % de ses ventes de vélos neufs, contre 40 % au vélo traditionnel. « Et bien plus en termes de chiffres d’affaires » précise-t-il, le prix des vélos électriques étant nettement supérieur à celui de leurs homologues mécaniques. En termes de style de vélo, le VTT est naturellement le best-seller des magasins, en raison principalement de leur implantation géographique et de la générosité de la nature alentours.

L’effet positif du Covid-19

Impossible de ne pas évoquer les effets de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 qui a mis le vélo au centre de l’échiquier de la mobilité. Et pour Bicyclic comme pour l’ensemble de ses confrères, le nouveau Coronavirus a eu des effets positifs : « Les ventes de tous nos vélos ont augmenté, quel qu’en soit le type, électrique ou non. Nous avons vu énormément de nouveaux clients dans nos magasins. C’est assez normal. Le Covid a poussé les gens à réfléchir, à repenser leur mode de vie et leurs loisirs. En période de crise, on a toujours tendance à se recentrer sur l’humain, sur son bien-être. Et le vélo est le sport parfait pour se retrouver ».

Toutefois, même si ces nouveaux clients sont des gens « qui se sont levés un matin avec l’envie de faire du vélo » comme aime le dire Jean-Michel Poisket, il n’y voit pas qu’un effet de mode passager qui s’évaporera lorsqu’arrivera un retour à la normale. « Il y a parmi ces nouveaux clients beaucoup de gens qui ont commencé le vélo ou qui se sont remis en selle, et qui vont être mordus comme cela arrive souvent. Le marché ne va donc faire que grandir dans les mois et années à venir ! » s’enthousiasme-t-il.

Contrairement à beaucoup de ses confrères indépendants actifs dans le commerce de vélos, le patron de Bicyclic pointe aussi la célèbre enseigne de sport Décathlon comme moteur de croissance de son activité. « J’apprécie Décathlon car ils mettent les gens au sport ! Et ces gens sont ensuite susceptibles de devenir nos clients lorsqu’ils ont pris goût au vélo. Décathlon secoue l’arbre, et nous, nous n’avons plus qu’à ramasser ce qui tombe » explique-t-il, non sans une pointe d’humour.

En bref

Date de fondation : 2006

Secteur/Activité : commerce de vélos

Coordonnées du siège : Rue Chaussée 2B, 4342 Hognoul

Nombre d’établissements : 5

Effectif du personnel : 38

Chiffre d’affaires : n.c.

 

Photo: Benjamin Brolet