Mobilité

Carrosserie Jan Hanssens: Ne pas nager à contrecourant mais voir venir les évolutions

11-07-2018

Jan Hanssens jette un regard très sobre sur la gestion de son entreprise : « Toute évolution peut être considérée comme un problème et, par conséquent, une menace pour l’entreprise, mais on peut aussi choisir de la voir venir et de la transformer à son avantage ».  Nous avons résolument opté pour cette dernière approche !

Jan Hanssens a débuté en 1985, à l’âge de 23 ans, seul.  Après avoir été salarié pendant trois ans, il a décidé de se lancer dans la grande aventure en tant qu’indépendant.  Il n’y avait pas d’affaire familiale à reprendre, pas le moindre client… c’était ce qu’on appelle partir de zéro.  « Il y a 33 ans, le taux d’intérêt d’un emprunt s’élevait à 12,75 % » se rappelle Jan Hanssens. « Lorsque le premier client a franchi le pas de la porte, il m’a demandé si papa était à la maison pour discuter du travail à faire… ».

Au début, mon travail consistait principalement à remettre des voitures d’occasion en état à la demande de particuliers.  Après quelques années, j’ai décroché une première collaboration avec une compagnie de leasing, ce qui a insufflé un nouvel élan à la carrosserie.  C’est aussi ce qui m’a fait engager mon premier collaborateur.

Jan Hanssens : « Nous avons cherché à développer l’affaire à travers une approche marketing et avons investi dans une cabine de peinture pour poids lourds.  Le volume est important et dans le cas d’une carrosserie, il dépend directement des sociétés de leasing et des compagnies d’assurances.  Nous avons donc prospecté intensivement et le résultat ne s’est pas fait attendre. »

Par contre, il n’y a aucune coopération avec les garages locaux.  La plupart d’entre eux semblent encore disposer de leur propre carrosserie.

« Le marché a beaucoup changé et les coûts fixes ne font qu’augmenter », analyse Jan Hanssens. « Les marges étant sous pression, il faut accroitre significativement son chiffre d’affaires pour demeurer rentable ». 

Investir sans relâche

Depuis les débuts de son entreprise, Jan Hanssens n’a cessé d’investir pour rester à la page et étayer sa croissance.  Parfois il s’agissait d’investissements progressifs dans de l’équipement, tel que le kit de réparation peinture ‘StickerFix’, ou la zone ultramoderne ‘tout en un’ pour les petites réparations selon la formule ‘One Day Repair’.  D’autres étapes d’investissement importantes furent l’installation d’un pont élévateur à piston plongeant avec sol suiveur qui remplit automatiquement l’ouverture dans le sol lors de l’élévation, ou encore le pont à plots avec pont élévateur à ciseaux intégré dans les voies. D’autres fois il s’agissait d’investissements très importants incluant des travaux de transformation.

C’est ainsi qu’il y a deux ans, nous avons franchi une étape importante pour inscrire notre carrosserie dans une perspective d’avenir.  Nous avons aménagé une salle d’attente agréable, spacieuse et lumineuse.  Le style moderne est accueillant. Tout y est fait pour créer un cadre favorisant le travail du client qui attend la fin de la réparation de son véhicule quand il s’agit d’interventions mineures.  Jan Hanssens : « La salle d’attente est pensée comme une sphère de verre qui donne sur l’atelier.  Nous sommes fiers de notre entreprise et n’avons rien à cacher ».

Et Jan Hanssens d’ajouter « les dernières années, les investissements ont oscillé annuellement entre 200.000 et 300.000 euros. La dernière étape majeure a porté sur la rénovation de l’entreprise pour en améliorer le rayonnement et l’image de marque et ainsi nous armer pour relever les défis qui nous attendent ».

Sans oublier les investissements dans le parc automobile, même s’ils pèsent moins lourd en raison de l’amortissement sur cinq ans que les coûts d’investissement croissants que requiert un atelier de nos jours. 

Un regard positif sur l’avenir

« Il est important de croire en l’avenir », souligne Jan Hanssens.  « L’image de marque des entreprises de carrosserie et la professionnalisation du secteur impliquent des développements de taille pour s’assurer un avenir radieux ».

Le ‘rendement’ en est le mot-clé.  Jan Hanssens : « Chaque réparation est calculée au plus juste et ne laisse aucune latitude.  Hormis un solide chiffre d’affaires, indispensable pour faire face aux coûts fixes élevés, il est capital d’examiner et d’optimiser les processus et, le cas échéant, de revoir la disposition de l’atelier.  L’amélioration de la fluidité des passages en atelier constitue un point important.  Moins il faut déplacer de véhicules à l’intérieur, mieux c’est ».

Non seulement la fluidité interne influence le rendement, mais la rapidité avec laquelle les clients viennent rechercher leur véhicule a également une influence.

La Carrosserie Jan Hanssens emploie neuf personnes à l’atelier et deux à l’administration.  « Il est courant de désigner un chef d’atelier » commente Jan Hanssens.  « Pourtant nous avons sciemment choisi de ne pas le faire.  Nous préférons permettre à chacun de développer et concrétiser au maximum ses propres compétences.  Nous misons sur le développement individuel de nos travailleurs et leur prise de responsabilités devant leurs actes ».

Se tenir à la page est indispensable pour ne pas passer à côté des évolutions du secteur.  « Les fournisseurs proposent de nombreuses formations intéressantes et parfois il faut chercher soi-même la formation complémentaire adéquate » témoigne Jan Hanssens.  « Les formations se déroulant pendant les heures ouvrées, elles représentent un gros investissement ».

Jan Hanssens est toujours resté fidèle à la mission qu’il s’est assignée et il est bien décidé à ne rien changer : « Ce que nous réalisons au sein d’une spécialisation bien définie couvrant un service à la clientèle de A à Z doit être parfait.  Dans le monde de la carrosserie, procurer à nos clients l’expérience la plus agréable possible est un must.  Nous n’hésitons pas à emmener le client jusqu’au pont élévateur et à communiquer avec lui en toute transparence ».

Actif chez Febelcar

Jan Hanssens est affilié à et administrateur de Febelcar (Fédération royale belge des Carrossiers, membre de TRAXIO).  « Il est important pour moi de jeter un regard détaché sur mon entreprise », explique-t-il.  « C’est enrichissant d’écouter les autres, de partager nos expériences entre collègues carrossiers et de prendre ensuite de la hauteur pour observer sa propre entreprise comme le secteur dans son ensemble ».

Nous ne devons pas craindre le changement, car tout est en évolution perpétuelle.  Pour rappel, nous avons vécu le défi de l’aluminium et trouvons cela tout à fait normal de nos jours ». 

Profile: 

Date de création : 1985

Secteur / activité : entreprise de carrosserie

Coordonnées du siège : Hondschotestraat 98 - 8560 Wevelgem

Nombre d’établissements : 1

Effectif du personnel : 9 + 2 collaborateurs administratifs

Chiffre d’affaires : 1,5 million d’euros


Photo: Benjamin Brolet