Communiqués Deux-roues

Chute de près de 50 % des immatriculations de speed pedelecs

Depuis la fermeture obligatoire des vélocistes (le 18 mars 2020), le nombre d’immatriculations de speed pedelecs a chuté drastiquement comparé à la même période en 2019.  En avril, le déclin s’élève à 48,4 %, de 1.146 à 591 unités.  TRAXIO, la fédération représentant le secteur des vélocistes, constate par ailleurs que les ventes de speed pedelecs par le biais de l’e-commerce sont très loin de décoller.

Proportions et répartition géographique demeurent stables

La proportion des immatriculations entre les sociétés (51,3 %) et les particuliers (48,7 %) se maintient, à l’instar de la part du leasing qui reste stable (34,1 % du total). Le speed pedelec demeure surtout populaire en Flandre – et par excellence dans les provinces d’Anvers, de Flandre orientale et du Brabant flamand. 

Peu d’e-commerce pour les speed pedelecs

Les commandes de speed pedelecs via l’e-commerce sont peu nombreuses.  Compte tenu du prix élevé du speed pedelec, le client veut éviter de devoir constater par après que le vélo n’est pas homologué, que l’immatriculation est refusée et qu’il ne peut pas être mis en circulation.  Le client veut également s’assurer qu’il recevra un vélo parfaitement monté et réglé, ce qui n’est pas toujours possible en passant par l’e-commerce. 

Pas de boule de cristal

« Les mesures de confinement ont provoqué un déclin de 50 % des immatriculations de speed pedelecs en avril comparé à l’an dernier : les immatriculations chutent de 1.146 à 591 unités, » affirme Filip Rylant, porte-parole de TRAXIO. « Le secteur du vélo s’attend à une reprise des ventes à partir du 11 mai mais, à l’heure actuelle, il est impossible d’avancer un pronostic.  D’une part, la confiance historiquement basse des consommateurs et la perte de pouvoir d’achat, ainsi que le fait que la haute saison de la vente de vélos est pratiquement terminée, pourraient influencer défavorablement les ventes.  D’autre part, la demande de speed pedelecs pourrait croître parce que le vélo se taillera une place plus importante dans la circulation de l’après-coronavirus.  Les statistiques d’immatriculations des speed pedelecs contituent en tout cas un bon indicateur d’évaluation des effets de la crise du Covid-19 sur le secteur du vélo. »