Actualité Mobilité

Escroquerie à la vente de voitures

17-09-2019

Nous tenons à avertir nos membres lorsqu’ils vendent un véhicule.  Il se produit ces temps-ci de nombreuses arnaques prenant des formes diverses.  Dans cet article, nous nous bornons à évoquer quelques cas s’étant malheureusement déjà produits.

Une arnaque réussie dépend de la manière dont les escrocs osent se comporter avec le vendeur.  Ils tentent par tous les moyens de gagner la confiance du vendeur.  Ensuite ils passent à l’acte.  Il y avait un cas où l’intermédiaire avait su gagner la confiance de l’acheteur et du vendeur.  Dans le fait évoqué, l’intermédiaire s’était présenté dans le showroom de notre membre.  Il s’était montré intéressé par un des véhicules et avait demandé à l’acquérir sans garantie car, avait-il prétendu, il était lui-même marchand.  Il était passé à plusieurs reprises, généralement lorsque le responsable était absent.  Ensuite il s’était présenté avec l’acheteur potentiel.  L’acquéreur a acheté le véhicule pour la somme de 9.000 euros à l’intermédiaire et ce dernier est purement et simplement remonté dans sa voiture et a disparu.

Une autre forme d’arnaque qui a été relayée dans les médias est celle des acheteurs qui paient avec un faux extrait de compte.  Ils promettent au vendeur qu’ils vont transférer la somme sur-le-champ.  Ils affichent la preuve du virement sur leur smartphone mais celle-ci apparaît être un faux.  Ensuite ils emmènent le véhicule et quelques jours plus tard le vendeur constate que l’argent n’est jamais arrivé sur son compte.  Lorsqu’on essaie de contacter les acheteurs, le numéro semble ne plus exister.

Nous tenons à attirer l’attention de nos membres sur l’importance de se montrer très prudent.  Il est important de se protéger en tant que négociant professionnel.

L’arnaque en ligne est chose courante de nos jours.  Nous vous donnons quelques astuces qui ont par ailleurs aussi été communiquées par le service public fédéral.

  • Il faut vérifier si les coordonnées de contact sont bien visibles.  Vérifiez que toutes les données de contact se trouvent facilement sur le site Internet.
  • Vérifiez le numéro d’entreprise.  Contrôlez si l’acheteur et le vendeur disposent d’un numéro d’entreprise.  Faites-en de même lorsqu’il s’agit d’un intermédiaire.  Ne faites pas confiance à un acheteur ou un vendeur qui prétend être un professionnel mais n’est pas inscrit à la BCE (Banque-Carrefour des Entreprises).
  • Lorsqu’il s’agit d’un vendeur ou d’un acheteur établi en Belgique, vous devez pouvoir retrouver ses coordonnées dans la BCE.
  • Lorsqu’il s’agit d’une entité étrangère, vous devez pouvoir retrouver ses coordonnées dans les divers registres de commerce étrangers.  Vous les trouverez en cliquant sur le lien suivant : https://economie.fgov.be/fr/node/88.
  • Vérifiez le nom de domaine du site Internet et l’adresse physique du vendeur ou de l’acheteur.  Contrôlez qui a enregistré le nom de domaine du site Internet proposant l’annonce intéressante et quand.  A cette fin, il y a moyen de recourir à divers outils de recherche de données en ligne.
  • Lorsque vous commandez quelque chose, il est important de lire les conditions générales.  Lisez surtout toutes les informations disponibles à propos du prix, des caractéristiques du produit ou des services concernant les modes de livraison avant de passer commande.