Matériels pour l'automobile et outillage Mobilité

Garage Johan Van Loocke : un métier de rêve depuis quatre décennies

Johan Van Loocke s’est marié en octobre 1980. La même année, il a ouvert son garage dans la ferme de son père. Depuis lors, Johan et sa femme Marleen consacrent toute leur énergie à cette entreprise familiale florissante qu’a également rejointe leur fils Pieter.

« J’ai creusé moi-même une fosse pour pouvoir travailleur sur des voitures dans la ferme de mon père », se remémore Johan Van Loocke. « Mon oncle était réparateur de vélos. Quelque part, je pense qu’il m’a inspiré. Quand j’étais petit, je rêvais de travailler dans l’automobile. J’ai la chance d’avoir pu réaliser mon rêve. »

Johan a commencé par faire ses armes chez Mercedes-Benz Vereenooghe avant d’ouvrir son propre garage. « Vivre et travailler ensemble n’est pas toujours facile », avoue Marleen. « Impossible d’oublier le travail une fois la journée terminée. »

L’atelier de départ est rapidement devenu trop petit et, lorsqu’une carrosserie a été mise en vente à 500 m de là, la mère de Johan a encouragé le jeune couple à investir dans ces locaux de 18 m sur 12. Johan et Marleen ont alors engagé 2 salariés et devaient régulièrement faire appel à un troisième collaborateur. « Nous travaillions souvent jusqu’à 2 ou 3 heures du matin », se souviennent les époux.

Le manque de place s’est alors à nouveau fait ressentir. « Nous étions bloqués car nous étions installés en plein milieu du village. En 1987, nous avons heureusement pu construire dans une nouvelle zone artisanale », raconte Johan Van Loocke. « Nous avons alors pu nous développer à notre guise, mais nous commençons à nouveau à nous sentir à l’étroit ».

Diesel ou essence ?

Malgré les récentes polémiques, le garage Johan Van Loocke continue de défendre le diesel, et se montre même sceptique envers les petits moteurs essence. « Nous recevons pas mal de voitures avec 250.000 ou 300.000 kilomètres au compteur », explique Johan Van Loocke. « Des clients fidèles qui veulent que leur véhicule soit correctement entretenu, mais qui veulent également savoir s’ils ne feraient pas mieux d’en changer. »

Pieter, le fils de Johan et Marleen, a d’abord acquis de l’expérience en dehors de l’entreprise familiale, dans une concession Mercedes-Benz de Deinze. « Nous n’avons jamais de problèmes avec les diesels », confirme-t-il. « Ceux qui ont échangé leur diesel contre une essence après le scandale des moteurs diesel ont vite regretté leur choix. »

Un partenaire tourné vers l’avenir

Le garage Johan Van Loocke était client chez le grossiste Accauto Tielt, qui faisait partie d’AD Group, une organisation qui a progressivement perdu du terrain en Belgique. « Nous avons été approchés par Bosch, mais nous avons décidé de suivre notre grossiste dans son nouveau partenariat, et avons ainsi intégré le réseau 1, 2, 3 AutoService », raconte Johan Van Loocke. « Nous partageons leur vision ; une vision qui tient compte du passé et du futur des garages indépendants. »

Une chose est sûre : Johan Van Loocke n’a pas choisi l’enseigne 1, 2, 3 AutoService pour pallier un manque de clients. Il est d’ailleurs convaincu qu’un label ne vaut rien s’il ne s’accompagne pas d’un service impeccable. « Mais 1, 2, 3 AutoService profite d’une forte présence nationale et contribue indéniablement à la survie des garages indépendants », précise Johan Van Loocke. « API Drive nous permet par exemple de travailler sur les voitures les plus récentes, et de bénéficier de solutions de diagnostic toujours à jour. »

« Notre grossiste propose aussi diverses formations qui contribuent à la professionnalisation de nos activités », ajoute Pieter Van Loocke. « Certaines formations sont même obligatoires et font l’objet d’un examen – ce qui est une bonne chose. Et comme les formations sont bien souvent organisées à l’échelle régionale, les participants ont l’occasion de partager leur expérience avec de nombreux collègues. »

Pour Pieter Van Loocke, la qualité du service est la clé de la survie des garages indépendants. Dans ce contexte, choisir le bon grossiste est primordial. « Parfois, la garantie sur les pièces détachées est annulée si les pièces ne sont pas montées avec le bon équipement », explique-t-il. « Un bon grossiste fournit le bon équipement en même temps que les pièces, ce qui nous évite pas mal de problèmes. » Accauto propose une large de gamme d’outils disponibles en prêt. Ce système permet aux garages de travailler sur de nombreux modèles sans devoir investir dans des équipements qu’ils n’utiliseront plus ensuite. « Il faut toutefois que les utilisateurs respectent le matériel », souligne Pieter Van Loocke. « Chaque utilisateur doit rendre un coffre à outils complet et en parfait état pour ne pas que le suivant soit dans l’embarras. Grâce à une bonne planification des prêts, les outils sont rentabilisés au maximum. »

Trouver l’équilibre

Pour les Van Loocke, le plus difficile est de trouver l’équilibre entre qualité de service, rendement et croissance : « Il n’y a pas assez de bons techniciens sur le marché, ce qui limite nos perspectives de croissance. Nous avons besoin de collaborateurs versés en informatique et en électrique, mais ils doivent aussi pouvoir mettre les mains dans le cambouis. »

Pieter Van Loocke a suivi une formation en diagnostic et analyse des pannes sur ordinateur. « En creusant assez loin, on peut découvrir l’origine précise d’un problème pour le résoudre plus rapidement et plus efficacement », indique-t-il. 

« Après avoir passé toute une année à rechercher un collaborateur qualifié pour notre carrosserie, nous avons fini par engager un Lituanien », poursuit Johan Van Loocke. « Notre carrosserie s’occupe principalement de nos véhicules de seconde main. Sous-traiter ces activités impliquerait bien trop d’heures de transport. » 

« Un bon service client commence par un bon premier contact », ajoute Johan Van Loocke. « Il serait donc intéressant d’engager un ou une réceptionniste. Pieter a suivi une formation de “conseiller en services” chez Mercedes-Benz, mais affecter une personne à la réception à plein temps est difficile – voire impossible – pour un garage indépendant. »

Un commerce de deuxième main florissant

Le garage Johan Van Loocke S.A. vend chaque année entre 100 et 150 véhicules de seconde main – en Belgique comme à l’étranger. L’entreprise familiale consacre beaucoup d’énergie à cette activité.

Tous les véhicules mis en vente sont soumis à un contrôle approfondi (130 critères), un entretien complet et un traitement de la peinture et de la carrosserie, et sont en outre en parfait état technique.

« L’année dernière, nous avons accordé une attention particulière à nos achats », note Johan Van Loocke. « Nous choisissons nos véhicules avec soin et privilégions les voitures avec peu de kilomètres au compteur – à savoir entre 60 et 70.000 –, ce qui a un impact positif sur la satisfaction et la fidélité de nos clients. En général, une personne qui achète une voiture de seconde main dans un garage y retourne pour l’entretien. »

Le garage dispose en outre de son propre site internet ; un outil précieux pour la vente de véhicules de seconde main. La demande en moteurs diesel Euro 6 explose à nouveau. À côté de cela, il existe d’innombrables reprises qui ne coûtent que 500 à 1.000 euros, mais sont invendables en raison de leur statut Euro 3.

En bref

Année de création : 1980

Secteur/activité : garage indépendant

Adresse du siège : Aalterstraat 86 – 8755 Ruiselede

Nombre d’établissements : 1

Personnel : 9 personnes, dont 3 membres de la famille Van Loocke

 

Photo: Benjamin Brolet