Génie Civil et manutention

Hugues Van Espen: Travailler grâce à l’énergie de l’équipe

11-01-2019

Hugues Van Espen travaille depuis 15 ans chez Toyota Material Handling, où il connaît une carrière variée et internationale.  Tout commença en 2003 au quartier général européen en Belgique en tant que directeur marketing.  Dix ans plus tard, il devint directeur commercial France de Toyota Material Handling pour revenir au pays en novembre 2015 en qualité de Managing Director Toyota Material Handling Belux. 

En tant que directeur commercial France, il a vécu une période passionnante avec la fusion du réseau Toyota (40 concessionnaires et une histoire longue de 40 ans) et BT (Building and Transport).  En 2013, il porta Toyota France sur les fonts baptismaux.  « J’ai ressenti beaucoup d’enthousiasme pendant toute ma période française », se souvient-il.  « L’équipe comptait notamment une centaine de vendeurs et nous réalisions un chiffre d’affaire de 300 millions d’euros.  En Belgique, nous sommes 220 et avons totalisé un chiffre d’affaire annuel de 100 millions d’euros en 2017 avec BT pour marque des produits de magasinageet Toyota pour marque pour le reste ».

A l’heure actuelle, nous mettons les dernières touches au nouveau chez soi de Toyota Material Handling Belux. Nous quitterons l’ancien site de Wilrijk en janvier 2019 pour un complexe flambant neuf à Willebroek comprenant un vaste showroom et des facilités de formation.

Marché en évolution 

Le marché des chariots élévateurs a connu une forte croissance ces dernières années : d’une moyenne annuelle de 12.000 pièces pour la Belgique à plus de 15.000 actuellement.  « La croissance rapide de l’e-commerce et la hausse des activités de magasinage qu’elle a entrainée a logiquement généré une augmentation de la demande des solutions que nous proposons » déclare Hugues Van Espen.  « Un autre aspect est l’automatisation croissante des activités de magasinage, ce qui stimule les solutions totales.  Nous sommes en pleine révolution industrielle 4.0 ! ».

‘Automatisation’ et ‘connecté’ sont les mots-clés d’aujourd’hui.  « Les gestionnaires de flotte attendent des informations en temps réel des flux de données afin d’optimaliser leurs investissements » explique Hugues Van Espen.  « La tendance dans le secteur logistique fait qu’il y a beaucoup d’intérims et les fleet managers surveillent l’usage erroné du matériel, les sinistres aux chariots élévateurs, mais aussi aux biens en cours de manutention grâce aux flux de données.  Autre application, le déverrouillage du chariot élévateur en fonction de la formation de l’utilisateur ». 

Le secteur logistique doit se montrer flexible devant la demande, ce qui explique le succès en Belgique de la location à court terme, c-à-d. un à deux mois.

« Le responsable de la flotte voit sur sa tablette ou son smartphone la situation actuelle du matériel en temps réel, en plusieurs endroits même » expose Hugues Van Espen.  « Il nous appartient de conseiller le meilleur choix au client, de le décharger car le temps est un bien très précieux.  Nos produits doivent être opérationnels à 100 % et 24/24.  Etre privé d’un équipement est inacceptable ».

Les accumulateurs li-ion ont déjà pris une grande importance et offrent des atouts en termes d’usage de longue durée et de temps de charge rapide.  Alors qu’en Belgique les chariots élévateurs thermiques représentaient la moitié du marché, l’on constate actuellement un glissement à 60 % des parts de marché des chariots élévateurs électriques. 

Champ d’action élargi 

« Il s’est opéré une transition importante entre plusieurs secteurs » constate Hugues Van Espen.  « Il ne s’agit pas seulement des chariots élévateurs, mais aussi de l’aménagement de la totalité du magasin, y compris les rails, rayonnages, réseaux informatiques et chariots élévateurs automatisés ou non ».  Tout cela alors que nous nous heurtons à la pénurie de techniciens d’un niveau de formation adéquat.

 « Tout se complexifie et les changements interviennent simultanément, ce qui a un impact majeur sur les affaires » conclut Hugues Van Espen.  « Nous ne devons pas négliger les produits traditionnels tout en étant attentif aux applications hightech les plus récentes ». 

Profil

Age : 47 ans

Fonction : managing director chez Toyota Material Handling

Formation : ingénieur commercial - UCL

1er emploi : en 1996 dans les assurances

Hobbys : hockey et premier fan de ses deux enfants

Voiture ou moto de mes rêves : des concepts tels que Tesla, Renault Twizy ou l’e-bike Cowboy

Destination préférée : l’Afrique

Boisson préférée : le vin

Ambition dans 5 ou 10 ans : travailler avec l’énergie des gens motivés par la concrétisation de projets ; continuer d’oser sortir de sa zone de confort ; ne pas se reposer sur ses lauriers et oser relever des défis

 

Photo: Benjamin Brolet