Lobby Deux-roues Génie Civil et manutention Matériel agricole et horticole Matériels pour l'automobile et outillage Mobilité

La formation d’un gouvernement flamand pourrait s’accélérer

17-09-2019

Le sp.a, l’Open VLD et le CD&V ont été durement sanctionnés lors des dernières élections. 

L’absence de positions fortes a considérablement ébranlé les trois partis traditionnels.  La NVA aussi a réalisé un moins bon score au cours des dernières élections tout en conservant son rang de plus grand parti flamand.  Groen en revanche avait réalisé 16% dans les sondages et non seulement le parti n’a pas atteint ce score mais il est arrivé derrière le sp.a.

Le gouvernement flamand n’ayant pas pu être formé pour le 11 juillet (fête de la Flandre), l’on table désormais sur le 23 septembre (jour de la déclaration de septembre (NDT déclaration du ministre-président flamand au parlement flamand)) comme date butoir.   Il faudra attendre pour voir si cet objectif est atteint mais les chances sont réelles.  Au moment de la rédaction du présent article, la préférence allait à la coalition suédoise (NVA, CDV, Open VLD).

La NVA a en tout cas abattu ses cartes pour lancer les négociations.  La mobilité figure bien entendu dans la dénommée note de lancement.  La NVA veut que la circulation routière fasse une place aux préoccupations climatiques et soit fluidifiée grâce à des investissements importants dans des projets d’infrastructure et des moyens de transport durables.   Les investissements doivent se focaliser sur les déplacements domicile-travail et domicile-école.  Attendons donc ce que les autres partis en penseront et de quel texte final ils accoucheront.

Que les négociations gouvernementales soient un nœud gordien est un euphémisme.  Les trois grands partis traditionnels ont été lourdement sanctionnés et ont atteint un creux historique.  Par conséquent, pour la première fois, ces valeurs d’ordinaire sûres n’ont pas obtenu de majorité.  Un signe des temps semble-t-il.  Sur le plan international – pensons à l’Allemagne, aux Pays-Bas et à la Suède – d’autres états ont connu des négociations gouvernementales difficiles. Grâce à la polarisation, les extrêmes gagnent du terrain de part et d’autre.  C’est la première fois depuis la Deuxième guerre mondiale que les communistes montent au gouvernement tandis que les plus grands partis d’opposition, le PS et le s.pa., reculent.  Actuellement les partis d’extrême droite et d’extrême gauche constituent 20 % du parlement fédéral.  Bien que la NVA ait perdu un quart de son électorat, le parti demeure incontournable.  Ce qui suscite un dilemme : open VLD et CD&V ne veulent pas d’un gouvernement sans la NVA tandis que le PS y est récalcitrant.  Il est cependant prématuré de qualifier cette impasse de crise.  Le département Public Affairs de TRAXIO continue de suivre la situation au plus près.