Catégorie Dossier Mobilité Matériels pour l'automobile et outillage

Les garagistes/entreprises automobiles sont unanimes : « Le roll-over est un bon investissement »

15-06-2020

D’Ieteren Audi Center et Auto Center Zaventem a décidé de commander un nouveau roll-over. 

« L’an dernier, nous avons réceptionnés 5.700 véhicules.  Ils sont tous passés par le roll-over », confie Thierry Knop, General Manager.  « Notre ancien roll-over était trop petit pour les volumes de nos établissements.  Nous lavons chaque semaine les voitures de nos collaborateurs mais aussi les voitures de courtoisie ou les véhicules d’attente de nos clients.  Ajoutons-y aussi tous les véhicules qui passent en carrosserie.  Un roll-over constitue donc un excellent investissement tout en n’oubliant pas qu’il faut de la main-d’œuvre pour la touche finale.  Nous n’envisageons pas de commercialiser notre roll-over.  Le lavage de nos propres véhicules nous donne déjà suffisamment de travail. »

Van Steelant Peugeot Zedelgem satisfait de son roll-over.  « Nous utilisons notre installation tant pour les voitures particulières que les camionnettes, neuves ou d’occasion ainsi que les véhicules des clients », témoigne le patron Francis Van Steelant. « Nous proposons ce service lors d’un entretien.  Nous n’exploitons pas notre roll-over commercialement parce que l’environnement ne le permet pas et que nous avons trop de travail avec nos propres véhicules.  Notre car-wash est sans aucun doute un bon investissement.  Lorsqu’un client prend rendez-vous pour venir voir une voiture d’occasion, celle-ci passe vite au car-wash.  Une reprise sale mais sans griffes ni autre dommage, passe également par le roll-over.  En dix minutes le véhicule est impeccable. »

Même satisfaction chez ACB Brussels Volvo à propos de la qualité de lavage de son nouveau roll-over.  « L’installation est plus rapide et efficace que notre ancien système de lavage », explique Kurt Winnepenninckx, Sales Manager.  « Pour garantir le meilleur niveau de service à nos clients, il est essentiel à nos yeux de remettre un véhicule tout propre et tout brillant.  Nous lavons tous les véhicules sur lesquels nous sommes intervenus à l’atelier.  Nous n’envisageons pas d’exploiter commercialement cette installation. Le roll-over est exclusivement réservé à notre propre usage. »

Roll-over pour fidéliser la clientèle

Depuis un certain temps déjà, le roll-over connaît un essor auprès des entreprises automobiles/concessionnaires.  Certains entrepreneurs ont par ailleurs choisi de commercialiser leurs activités de lavage de voitures.  « Le lavage de voitures est l’instrument par excellence pour augmenter la fréquentation », souligne Peter van der Veen (WashTec). « Après réception d’une voiture neuve ou d’occasion, les entreprises automobiles revoient la plupart des clients une à deux fois par an pour un entretien et/ou la permutation des pneus. L’exploitation d’un roll-over leur permet d’essayer de revoir le client 12 fois par an.   Ce qui accroît les chances de vendre tant à l’atelier qu’au showroom.  Il n’y a aucun autre moyen pour les concessionnaires de marque d’attirer autant d’automobilistes de la marque « étrangers » chez eux.  Placer judicieusement quelques modèles récents près de l’installation donne un coup de pouce aux demandes d’essais et offres de prix. »  Une situation gagnant-gagnant.  Bref, quand le roll-over participe à la fidélisation de la clientèle.

28 euros de bénéfices par lavage de voiture

« Le retour sur investissement dépend bien entendu de l’investissement total dans la halle de lavage, du système de récupération et du roll-over mais à partir de 10 lavages par jour, disposer de son propre roll-over forme un bon investissement.  Le fait de ne pas devoir envoyer son technicien ou vendeur dans un autre car-wash représente un grand atout et signifie gain de temps et gain d’argent », conclut Peter van der Veen. 

« De toute manière, le retour sur investissement est très important et forme un facteur décisif relatif lors de l’achat.  Une fois cet investissement amorti, le lavage de véhicules ne s’arrête pas », explique Patrick Lippens (Christ/Pro-Wash).

« Les comptes sont vite faits : si l’on part d’un lavage manuel qui dure 50 minutes et d’un lavage automatisé où l’opérateur consacre 10 minutes par voiture (présenter le véhicule, le remettre en place, …) la différence de coût salarial équivaut à 40 minutes par voiture.  En partant d’un coût de 42 euros de l’heure, on gagne 28 euros par lavage de voiture.  Ces données permettent de déduire que pour la majorité des garagistes, le retour sur investissement s’élève en principe à un an. » 

« Lorsqu’on lave entre 200 et 300 voitures par mois, avoir son propre roll-over s’avère particulièrement intéressant », affirme Bart Van Baelen (Kärcher/TSG). « Une machine de base à usage exclusif propre coûte à partir de 45.000 euros.  Le placement du roll-over dans une entreprise de garage est parfois difficile à chiffrer.  Il s’agit souvent d’un service supplémentaire utilisé pour fidéliser le client. » 

« Compte tenu de 800 lavages par mois au prix moyen de 8 euros par lavage, le retour sur investissement est chose faite au bout d’environ deux ans », calcule Kevin Bervoet (Ceccato/Vandotec). 

« Signalons tout de même qu’il ne faut pas oublier d’inclure certains frais lors de l’acquisition d’un roll-over », poursuit Stefan Van Oosterwijck (Istobal/Eco-Wash). « Il faut pratiquement toujours procéder à des travaux de terrassement, d’égouttage, de construction etc. (qui sont généralement du même ordre de grandeur, voire plus élevés, que le prix d’achat d’un roll-over. »

 

1,2 (euro)

Prix moyen des coûts variables tels que l’eau, l’électricité, l’air comprimé, les produits chimiques et l’entretien par voiture

10 (voitures)

Nombre de lavages par jour à partir duquel disposer de son propre roll-over constitue un bon investissement

Avec nos remerciements à Peter van der Veen (WashTec), Patrick Lippens (Christ/Pro-Wash), Kurt Flies (WashPartner), Bart Van Baelen (Kärcher/TSG), Stefan Van Oosterwijck (Istobal/Eco-Wash) et Kevin Bervoet (Ceccato/Vandotec)