Communiqués Mobilité

Les immatriculations du premier semestre s’avèrent catastrophiques pour les véhicules neufs mais restent toujours favorable aux occasions

05-07-2021

En juin l’an dernier, les garages avaient rouvert un mois entier après le confinement. La demande de voitures et motos neuves avait été considérable mais également de voitures et motos d’occasion.  Les voitures avaient pu être livrées de stock – la réserve de voitures neuves étant très bien fournie même – et les voitures d’occasion avaient connu un ‘boom’.  Un an plus tard, le paysage a pris de toutes autres couleurs : les problèmes de production (notamment en raison de la pénurie de puces) entravent l’approvisionnement de voitures neuves et les occasions obtiennent toujours des résultats positifs actuellement mais semblent avoir connu leur heure de gloire.  Les statistiques cumulées des six premiers mois restent heureusement positives comparées à 2020 mais par rapport à 2019 le marché du neuf est fortement à la traîne (sauf les motos et les poids lourds de +12T) tandis que le marché de l’occasion demeure légèrement positif – les motos d’occasion améliorant même leur score de 22 %.

Filip Rylant, porte-parole de TRAXIO, résume la situation comme suit : « En juin 2020, les garages venaient de rouvrir pour un mois entier et connaissaient une ruée sur les voitures de stock et un regain d’intérêt pour les motos, grâce à de solides actions promotionnelles.  En juin 2021, hormis les motos, toutes les catégories de véhicules neufs prennent des coups par rapport à juin 2020 et juin 2019.  Pratiquement tous les véhicules d’occasion se portaient mieux en juin 2021 qu’en juin 2019 mais ont reculé comparés à juin 2020.  L’analyse des statistiques cumulées des six premiers mois nous montre (presque) partout une croissance par rapport à l’annus horribilis 2020 mais aussi que les immatriculations de véhicules neufs prennent un retard des plus alarmant comparées à 2019 : -24,5 % pour les voitures neuves à -45,5 % pour les tracteurs neufs.  Seules les motos neuves se maintiennent au statut quo.  Ces statistiques sont préoccupantes pour tout le secteur et tout le monde espère que les problèmes de production et d’approvisionnement ne seront plus qu’un mauvais souvenir dès que les immatriculations redémarreront à un niveau acceptable, d’autant plus que les occasions ne gardent actuellement qu’un léger avantage vis-à-vis de 2019 - à l’exception des motos qui continuent à cartonner. »

Immatriculations en juin 2021

Immatriculations cumulées 2021

Comparaison des chiffres de juin 2021 avec ceux de juin 2020 et de juin 2019

Comparaison des chiffres du premier semestre de 2021 avec ceux de juin 2020 et de juin 2019

(vous trouverez ci-dessous des chiffres plus détaillés ainsi qu’une analyse par catégorie)

GRAPHIQUES, DÉTAILS ET ANALYSE

1. Voitures particulières

Voitures de tourisme neuves

Hélas : également le mois de juin confirme les tendances de l’ensemble de 2020 en ce qui concerne les immatriculations de voitures de tourisme neuves (-16,2 % v-à-v 2020, -16,9 % v-à-v 2019). 

Les effets de la crise du coronavirus continuent de se faire sentir.  Les immatriculations de juin reflètent les commandes d’il y a quelques semaines et mois et il est évident que la confiance des consommateurs n’est pas rétablie.  Il y a fort à parier que l’incertitude du consommateur porte sur la motorisation : les véhicules électriques restent chers, et l’avenir incertain des moteurs thermiques incitent les clients à procrastiner leur achat ou à acquérir une occasion.

Dans le même temps nous devons interpréter les chiffres sachant qu’il y a des retards de production – en partie à cause des suites de la crise sanitaire et partiellement en raison des problèmes d’approvisionnement de puces notamment – et le fait que certaines motorisations sont moins aisément disponibles que d’autres.  Une analyse rectiligne est par conséquent impossible, mais il est clair que le secteur des voitures neuves continue d’être éprouvé.

Immatriculations nouvelles voitures de tourisme – juin 2021

Entre-temps les voitures hybrides et électriques poursuivent leur avancée en 2021.  La part de marché de l’hybride croît à plus d’un quart des immatriculations neuves : 31,3 % (dont 16,4 % d’hybrides classiques et 11,1% d’hybrides rechargeables) tandis que la part des essences chute à 45,1 % et des diesels jusqu’à 22,8 % même.  Il faut chercher l’explication dans les voitures de société hybrides qui jouissent d’un avantage toute nature (ATN) plus avantageux depuis l’an passé.

La croissance des voitures à faible émission de CO2 (moins de 109 g/km) se poursuit : de 42 % en 2020 à 51,2 % en 2021.

Par carburant

Par émissions CO2

Par marque

Voitures de tourisme d’occasion

Les voitures de tourisme d’occasion dépassent en juin à nouveau le niveau de 2019 mais restent en-dessous du niveau de 2020 (-5,7 % v-à-v 2020, +14,9 % v-à-v 2019)

L'année 2021 s'avère très irrégulière, avec des hauts et des bas importants au fil des mois. Les chiffres cumulés sur les six premiers mois nous montrent que le nombre de voitures d'occasion immatriculées est désormais supérieur de +4,2 % au premier semestre de 2019 et de +27,7 % par rapport à 2020. La question est de savoir si le marché de l'occasion peut trouver la stabilité : la demande semble diminuer progressivement par rapport à l'année dernière, malgré le fait que les voitures neuves sont difficiles à livrer (ce qui devrait favoriser l’intérêt en voitures d’occasion).

Immatriculations voitures de tourisme d’occasion – juin 2021

Volkswagen, BMW, Mercedes, Opel et Peugeot forment le top 5 des marques les plus vendues sur le marché des voitures particulières d’occasion.

Parmi les voitures d’occasion, nous observons surtout une baisse du nombre de diesels au profit des essences.  Le mois dernier, il s’est immatriculé à nouveau nettement plus d’essences (diesel : 45,2 % contre essence : 50,5 %).  La part des autres carburants demeure négligeable bien que les hybrides progressent de 1,6 % à 3,2 %, de tout autres chiffres que les immatriculations de voitures particulières neuves dont les hybrides représentent entre-temps plus d’un quart des ventes.

L’âge médiane des occasions immatriculées reste presque stable à 7 ans et 2 mois.

Par carburant

Par âge

Par marque

2.Véhicules utilitaires

Véhicules utilitaires légers neufs

Les immatriculations de véhicules utilitaires légers neufs (LCV) sont clairement moins positives en juin: -15,5 % (-8,4 % comparé à 2019).

Les immatriculations cumulées atteignent toutefois presque le niveau de 2019 (-4 %), ce qui est attribuable aux carnets de commande remplis de certains indépendants/entreprises (actifs par exemple dans la rénovation ou le jardinage) et des services de livraison à domicile qui ont acheté de nouvelles camionnettes au cours des derniers mois et semaines. Restons toutefois prudent : il s’agit peut-être d’une hausse temporaire et pas structurelle.

Certaines marques sont toujours confrontées à des délais de livraison plus longs qu’à l’accoutumée ; il en va de même pour certains fabricants de carrosserie.

Immatriculations Véhicules utilitaires légers neufs – juin 2021

Véhicules utilitaires légers d’occasion

Les véhicules utilitaires légers d’occasion (LCV) se redressent au niveau des immatriculations et notent de meilleurs chiffres v-à-v de juin 2019 mais font moins bien qu’en juin 2020 : -13,2 % et +13,0 % comparé à juin 2019.

Il semble que les motifs d’achat avancés au cours de 2020, année du coronavirus, ne changent pas cette année.  Les services de courrier achètent plutôt une camionnette d’occasion que neuve et l’incertitude pousse un certain nombre d’entreprises et d’indépendants à opter pour des véhicules utilitaires légers d’occasion plutôt que neufs (moins chers et délai d’amortissement plus court).

De plus, la perte éventuelle est moindre s’il faut revendre le véhicule d’occasion en raison d’un ralentissement des activités de la société. La disponibilité immédiate joue également un rôle. Par ailleurs, certaines entreprises ont besoin de camionnettes supplémentaires pour transporter leur personnel vers des chantiers (car les restrictions liées aux mesures d’hygiène ne permettent plus de transporter autant de personnes dans un même véhicule).

Immatriculations Véhicules utilitaires légers d’occasion – juin 2021

Véhicules utilitaires lourds neufs

Les véhicules utilitaires lourds neufs (+ 3,5T) ont vécu une année 2020 extrêmement difficile, tout comme le début de 2021. Il s’est produit ensuite une hausse temporaire et les chiffres de juin 2021 restent relativement positives v-à-v de juin 2020 : +11,1% pour Camions 3,5-12T, -16,8% pour Camions +12T et +36,6% pour Tracteurs.

Tout comme au mois de mai, tous les chiffres du mois de juin s’inscrivent en rouge v-à-v de 2019 : -55,1 % pour Camions 3,5-12T, -49 % pour Camions +12T et -57,8 % pour Tracteurs. Aussi le secteur des camions souffre de problèmes d’approvisionnement qui empêche des livraisons à rythme normal.

Vous trouverez les détails du mois dans le tableau en haut de ce document.

Les chiffres cumulées des six premiers mois sont positives v-à-v de 2020 (excepté Camions +12T)– voir la graphique ci-dessous – mais en comparant aux chiffres du premier semestre de 2019, toutes les catégories des utilitaires lourds neufs souffrent lourdement : -28,7 % pour Camions 3,5-12T, -31 % pour Camions +12T et -45,5% pour Tracteurs (détails en haut de ce document).

Immatriculations véhicules utilitaires lourds neufs – juin 2021 (cumulatif)

Véhicules utilitaires lourds d’occasion

Les immatriculations des véhicules utilitaires lourds d’occasion (+3,5T) n’atteignent que partiellement le niveau de juin 2020 : -10,7% pour Camions 3,5-12T, -16,2% pour Camions +12T et +16,7% pour Tracteurs.

La bonne nouvelle est que les chiffres de juin 2021 restent loin au-delà de ceux de juin 2019 : +27,2% pour Camions 3,5-12T, +50,8% pour Camions +12T et +46,1% pour Tracteurs.

Le marché du véhicule lourd d’occasion reste donc très attractif mais cela a un impact important sur les prix. Nous pensons que cette situation va persister jusqu’à la fin des problèmes de livraison des nouveaux véhicules lourds neufs.

Vous trouverez les détails du mois de juin dans le tableau en haut de ce document.

Les chiffres cumulées des six premiers mois sont positives v-à-v de 2020 pour toutes les catégories : +20,4 % pour Camions 3,5-12T, +10,4 % pour Camions +12T et +20,8 % pour Tracteurs (voir graphique ci-dessous).

En prenant les chiffres du premier semestre de 2019, les résultats de 2021 sont bien plus modestes : -5,2 % pour Camions 3,5-12T, +11,8 % pour Camions +12T et +11,2 % pour Tracteurs (détails en haut de ce document).

Immatriculations véhicules utilitaires lourds d’occasion – juin 2021 (cumulatif)

3. Motos

Les immatriculations de motos neuves s’inscrivent en rouge (surtout les motos de moins de 500cc) pour le mois de juin 2021 si l’on compare à juin 2020 (-22,8 %). Plus important toutefois est le fait que cette catégorie est la seule à faire bien mieux qu’en juin 2019 : +17,2 %.

Il semble dès lors que la moto connaîtra le même succès en 2021 que l’année d’avant et en 2019 : pendant le premier semestre on note une hausse de +16,4 % pour les motos neuves v-à-v de 2020 et +0,6 % comparé à 2019. La crise sanitaire a boosté la popularité des voyages de loisir en Belgique ou chez ses voisins proches mais les déplacements domicile-lieu de travail ont également contribué au succès relatif de l’année 2020. Il reste en tout cas également un arriéré de production de certains constructeurs et équipementiers, en conséquence des confinements de 2020 dus à la crise sanitaire. 

Immatriculations motos nouvelles - juin 2021

Immatriculations motos nouvelles juin 2021 – par cylindrée

Immatriculations motos nouvelles juin 2021 – par région (cumulatif)

Immatriculations motos nouvelles – par marque (cumulatif)

Quant au marché des motos d’occasion, les immatriculations sont très loin de celles de juin 2020 (-26,1 %) mais restent au-delà de juin 2019 (+26,0 %).

La hausse du premier semestre de cette année est par contre du même ordre comparé aux 2 années précédentes : +27,1 % (2020) et +22,2 % (2019).

Signe d’un intérêt persistant en motos d’occasion donc. Fait est de constater que les motos continuent à faire bonne note comparé aux autres catégories de véhicules. Ces chiffres démontrent donc avant tout l’intérêt intrinsèque dont jouissent les motos, un atout pour les loisirs comme pour les déplacements domicile-travail. Toutes catégories confondues les motos d’occasion peuvent se vanter des meilleurs résultats au niveau immatriculations.

Immatriculations motos d’occasion - juin 2021

Immatriculations motos d’occasion juin 2021 - par cylindrée

Immatriculations motos d’occasion juin 2021 - par région (cumulatif)

Immatriculations motos d’occasion juin 2021 - par marque (cumulatif)

TRAXIO STATS

TRAXIO assure le suivi mensuel des immatriculations des voitures particulières, motos, véhicules utilitaires, camping-cars, remorques et speed pedelecs neufs et d’occasion.

Les statistiques de TRAXIO offrent de nombreux détails instructifs tels que les répartitions nationales et régionales, par type de carburant, émissions de CO2, marque et âge du véhicule.