Matériels pour l'automobile et outillage Mobilité

Lise Helincks, seule participante féminine au Porte-Clés d’Or

17-09-2019

Elle n’a pas remporté le Porte-clés d’Or.  Mais le simple fait de sa participation à ce concours difficile est déjà une prouesse pour Lise Helincks (20), de Bazel, seule participante de la gent féminine.  Nous avons rencontré cette jeune femme pétillante qui n’hésite pas à se salir les mains et est de taille pour déplacer pneus et jantes. 

Il est bien connu que les chiens ne font pas des chats.  Dès son plus jeune âge, Lise préférait monter et démonter des objets plutôt que de jouer à la poupée.  Elle avait de toute évidence des dispositions techniques, tout comme ses parents, tous deux ingénieurs et travaillant chez BASF au port d’Anvers.  Bien sûr, ils auraient préféré que Lise termine l’enseignement secondaire, mais ce ne fut pas le cas.  Lise en a eu marre de l’école, ne montrait aucun intérêt pour les matières théoriques et s’ennuyait ferme sur les bancs de l’école.  A la maison, elle bricolait sur des motos jusqu’à ce que – une fois âgée de 18 ans – elle s’attaque à des voitures.  Lise avait trouvé sa voie et après un passage dans l’enseignement secondaire technique, elle s’est inscrite à la formation de ‘mécanicien polyvalent’ du Syntra à Sint-Niklaas, une combinaison entre un jour de scolarité et quatre jours de travail.  Une formule qui lui allait comme un gant.

Garage multimarque

Lise se retrouva dans un garage multimarque, ce qui lui procura l’avantage de pouvoir se faire les dents sur des véhicules de marques distinctes.  « Idéal pour acquérir de l’expérience, apprendre à manier divers outils et développer ma ‘sensibilité automobile’. »

En tant que femme, il ne fut certes pas évident de postuler un tel emploi.  « Je ressentais chaque fois cette méfiance envers ‘une fille’ qui souhaitait exercer la mécanique. »  Mais avec son patron actuel, Robert, le courant est passé sur-le-champ.  « Il m’a donné confiance et l’opportunité de suivre des formations complémentaires, dont une tout récemment encore, une spécialisation en émissions et voitures électriques reconnue par un diplôme HEV2.  Et bientôt je poursuivrai cette spécialisation en voitures électriques, car il ne fait aucun doute que c’est l’avenir. »

Porte-clés d’Or

C’est aussi grâce à son patron qu’elle a participé au Porte-clés d’Or.  « La partie théorique était la plus difficile, mais l’épreuve pratique – diagnostiquer une défectuosité électrique aussi vite que possible – était vite résolue. »

Lise a une passion pour les voitures et n’imagine pas la vie sans son travail de mécanicienne.  Elle roule dans une modeste Seat Ibiza mais si elle pouvait suivre ses envies sans se soucier du budget, son carrosse serait une Ford Mustang moteur V8 de 1966.  Elle se rend également compte que les choses bougent beaucoup dans l’automobile et sur le plan de la mobilité.  Ses amis ont tous leur permis de conduire mais probablement surtout parce qu’où ils vivent il faut une voiture en l’absence de transports en commun.  Mais elle comprend la tendance.  « Pourquoi les jeunes citadins devraient-ils encore décrocher leur permis alors qu’ils peuvent se déplacer à vélo, en bus ou en tram ?  Après tout, avoir une voiture coûte cher. »

Un travail de bureau ?

Elle estime que c’est une bonne chose pour l’environnement que de plus en plus de gens cherchent des alternatives à la voiture mais en même temps elle espère que le moteur thermique ne disparaîtra pas d’aussi tôt.  « Du moins, en tant que mécanicienne, car travailler sur une voiture électrique ne sera jamais comparable.  Il s’agira davantage de remplacer des composants que de démonter, nettoyer, vérifier, réparer et remonter des pièces. »  Elle est bien consciente que le métier et sa profession évolueront à l’avenir.  Cela ne lui cause aucun problème.  « Je m’imagine que d’ici 10 ans je travaillerai toujours dans un garage mais peut-être derrière un bureau à commander des pièces de rechange. »

Profil

Age : 20 ans

Fonction : ouvrière

Formation : mécanicien automobile polyvalent

1er emploi : aide mécanicien

Hobbys : la peinture, les puzzles, la lecture, le longboard et le skateboard

Voiture ou moto de ses rêves : Ford Mustang, 289ci, V8, 1966

Destination préférée : la Laponie

Boisson favorite : latte macchiato

Ambition dans cinq à dix ans : mécanicienne dans le secteur automobile ou un travail de bureau

 

Photo: Benjamin Brolet