Dossier Mobilité Matériels pour l'automobile et outillage

Roll-over pour garages/entreprises automobiles

15-06-2020

Le garage ou l’entreprise automobile qui investit dans l’installation d’un roll-over réalise une bonne opération.  Remettre au client une voiture qui brille de mille feux est un extra toujours prisé par la clientèle.

Solution économique et écologique

Les garages et entreprises automobiles lavent généralement leurs véhicules à la main, en mettant à contribution leur propre personnel ou encore font appel à une firme externe.  Installer son propre roll-over entièrement automatisé présente divers avantages :

Minimalisation du coût salarial ;

Disponibilité 24/24 (idéal pour les voitures de courtoisie et d’essai) ;

Réduction de la consommation de produits chimiques ;

Réduction de la consommation d’eau ;

Permet le lavage de quantités plus grandes par unité de temps/de répondre plus rapidement aux exigences de l’importateur/constructeur ou de la société de leasing ;

Suivi de l’activité de lavage (nombre de lavages, opérateur machine) ;

Qualité de lavage et de séchage indépendante des facteurs humains ;

Moins de risque d’endommagement dû au déplacement vers le car-wash.

Rapide, fiable et d’une grande capacité de lavage

Le monde du roll-over est en constante évolution.  Il y a pléthore de modèles et d’options.  « Mais l’essentiel est que le garage/l’entreprise automobile opte pour un concept éprouvé qui garantit, hormis les qualités de lavage et de séchage, également une bonne longévité, des frais d’entretien réduits et des caractéristiques écologiques », souligne Patrick Lippens (Christ/Pro-Wash). En faisant en outre confiance à un partenaire fiable, l’exploitant a toutes les clés du succès en main.

« Il y a moyen de décider soi-même du programme à utiliser pour tel ou tel véhicule », ajoute Kurt Flies (WashPartner). « Un programme plus approfondi pour une voiture sale ou un lavage rapide pour éliminer poussière et traces de doigts laissées au showroom.  Ce choix permet d’économiser du temps mais aussi de l’énergie, de l’eau et des produits chimiques. »

L’achat d’un roll-over s’accompagne généralement de l’acquisition d’un appareil de prélavage manuel à haute pression.  Cet appareil permet de nettoyer d’autres choses et de centraliser les travaux de lavage dans la même zone. Bref, on gagne en rapidité, facilité, en résumé, en professionnalisme.

Prêt à affronter les périodes de pointe

Les roll-overs sont toujours plus rapides, sans devoir renoncer à la qualité de lavage et de séchage.  « La plus grande capacité de voitures par heure est indispensable en période de pointe et plus encore lorsque les voitures de démonstration et celles sortant de l’atelier doivent être lavées », affirme Peter van der Veen (WashTec).

Il existe d’ailleurs des modèles à double arches de lavage, ce qui accélère la succession des cycles de lavage.

Les roll-overs sont de plus en plus souvent équipés de l’intégration automatique de produits de lavage des jantes et/ou d’élimination des insectes.  Un programme polish et une installation de lavage du châssis sont des accessoires populaires de préservation de la peinture.  Les programmes de lavage avancés sont utiles à l’exploitation commerciale d’un roll-over pour gonfler le chiffre d’affaires.  Dans ce contexte, les systèmes de paiement sans contact ou par Bancontact sont très courants.  Les abonnements de lavage avec reconnaissance de la plaque d’immatriculation se répandent dans les entreprises automobiles.  Il ne faut pas pour autant oublier que l’exploitation commerciale d’un roll-over requiert du personnel.

 

L’intégration réussie du roll-over dépend largement de la fiabilité de l’installation.  Les modèles actuels sont fondés sur un concept qui a démontré sa valeur, tant que le plan du résultat de lavage que de la longévité et la facilité d’entretien.  Les fabricants se basent par ailleurs sur la connaissance et la technologie du monde des tunnels de lavage haut de gamme.

Pour les SUV et les grandes jantes

La nouvelle génération de roll-overs doit tenir compte du fait que les voitures et les SUV sont garnis de jantes de plus en plus grandes.  Les roll-overs ont une portée de lavage accrue de minimum 2,55 m, un séchoir de toit qui suit les contours et dont la bouche d’air est élargie, une brosse de toit plus grande (large) ainsi que des brosses de roues d’un diamètre de lavage de 550 mm.  

L’efficacité est un paramètre important dans le modèle d’amortissement du garagiste.  Hormis l’accélération de l’exécution, le concept LEHP (basse émission – haute performance) constitue une évolution remarquée : réduction de la consommation/charge environnementale associée à l’excellence des performances de lavage et de séchage.

Brosses (de roues) intelligentes

« A côté des pompes de dosage, l’usage de brosses intelligentes qui s’adaptent aux contours du véhicule s’est développé », poursuit Bart Van Baelen (Kärcher/TSG).  La dernière génération de brosses de roue est de plus en plus utilisée : trois brosses de roues plus petites qui optimalisent le nettoyage des grandes jantes (ce système nettoie les jantes plus en profondeur).

« Il ne manque donc pas d’options et de gadgets mais les garagistes optent généralement pour une machine solide dont la longévité peut atteindre les 10 à 15 ans, sans fioritures mais assurant une grande fiabilité et facilité d’usage.  Il y a une grande différence entre le choix d’une installation pour son usage propre ou pour une exploitation commerciale », conclut Kurt Flies (WashPartner). 

De 10 à 12 mètres de long

L’installation d’un roll-over dans un garage ou une entreprise demande de la place. La longueur du tunnel de lavage d’un roll-over moderne tourne autour de 10 m (plus le cas échéant 5 m pour avoir la place de prélaver la voiture à haute pression lorsqu’on souhaite traiter simultanément deux voitures, sinon cette zone peut être intégrée dans l’autre).  La largeur fait 5 m (pour une largeur de lavage standard de 2,55 m, qui peut être accrue à 2,70 m).  La machine faisant au moins 2,10 m de haut, la halle doit avoir une hauteur d’au moins 3,10 m.  La hauteur est modulable par pallier de 10 cm.  Les hauteurs de 2,30 m et 2,70 m sont les plus demandées.  Pour le lavage de camionnettes, il est conseillé de disposer d’une hauteur de 4 m.  La halle de lavage devant en outre résister au gel, il est recommandé de l’équiper d’un réchauffeur.

Le plancher aussi requiert quelques attentions.  Le sol étanche aux liquides doit présenter une pente sur la largeur (1 cm/m) vers la goulotte d’évacuation.  Il faut également aménager une pente minimale dans le sens de la longueur.  La goulotte présente une longueur de près de 9 à 10 m et une largeur d’environ 0,50 m avec des profils cornières pouvant être grillagés.  La profondeur varie de 0,30 à 0,40 m.

Récupération des eaux usées lorsque le nombre de voitures est élevé

Légalement, les eaux usées doivent être évacuées vers l’égout public moyennant un séparateur d’hydrocarbures.  Disposer d’un puits de récolte de la boue empêchera d’envoyer du sable et de la boue à l’égout. 

La récupération des eaux usées n’est indispensable que lorsqu’on lave des véhicules en quantité.  Légalement, la récupération des eaux usées n’est pas obligatoire tant que le volume d’évacuation reste inférieur à 1.500 m³/an.  Tout garage qui se limite au lavage des véhicules dans le cadre de son activité de garagiste ne risque pas d’atteindre de volume.

Le rendement d’eau s’élève actuellement à 80 à 90 % en fonction de la dureté de l’eau et des produits chimiques utilisées.  Il est plus facile d’obtenir les permis pour une installation aérienne.  Si le réservoir fuit, rien ne passe dans le sol.  Il est aussi plus facile d’effectuer des travaux d’entretien ou d’adaptation.  Mais il faut tenir compte du fait qu’il n’est pas toujours possible d’installer certaines installations aériennes.

Il faut à tout prix tenir compte du fait qu’un car-wash commercial est sensé observer les normes d’évacuation du VLAREM.  Pour éviter tout problème, la gestion des eaux doit être adéquate et surveillée. La consommation d’eau dépend des équipements dont est doté le roll-over et du programme choisi.  Un lavage de base consomme environ 70 litres.  Un programme à haute pression monte vite jusqu’au double.  Cette surconsommation est (bien entendu) vite compensée grâce à l’utilisation d’eau recyclée.

L’idéal est bien entendu de laver à l’eau de pluie.  En règle générale, un garage dispose d’une grande surface de toiture.

Coût énergétique minimum

A l’heure actuelle, le coût de l’énergie est le dada des fabricants.  Le concept LEHP permet le traitement de voitures en consommant un minimum d’énergie.  La consommation réelle est communiquée au garagiste au cours de la phase d’offre.  Cette consommation dépend fortement du modèle choisi et des options.  Pensons à la présence ou non d’une installation de prélavage à haute pression intégrée.

Le prix moyen en coûts variables (eau, électricité, air comprimé, produits chimiques et entretien) s’élève à 1,2 euro par véhicule.

Entre quatre et dix jours de montage

Le montage du roll-over dure environ trois à quatre jours pour une installation simple et peut prendre jusqu’à dix jours pour une installation complexe, y compris le système de récupération et/ou de paiement.

Avant de procéder au placement, les fabricants accordent de l’importance à la présence des éléments suivants :

Portance suffisante du sol de lavage ;

Evacuation des eaux usées suffisante ;

Puits de récolte de boue et séparateur d’hydrocarbures ;

Electricité, alimentation en eau et air comprimé.

Déclaration ou permis

Les permis doivent être demandés localement par l’exploitant ou l’architecte/bureau de la construction.  Le lavage automobile relève d’une classe environnementale légère.  Le permis d’exploitation d’un garage permet normalement de placer un roll-over à usage propre.  Lorsque l’installation sert à laver des voitures pour des tiers contre paiement, il faut demander un permis d’environnement.  Dès que l’on doit procéder à des travaux de transformation, il faut aussi obtenir un permis de bâtir.  Dans tous les cas, l’exploitant ne doit pas se faire de souci puisque le fabricant/l’installateur se charge de toutes ces tâches et que c’est compris dans le coût total.

Aussi pour les voitures électriques

Les roll-overs actuels sont conçus pour laver aussi bien une Smart qu’une camionnette surélevée et allongée de type Sprinter/Crafter.  Le lavage d’une voiture électrique ne pose aucun problème non plus.

En Belgique c’est en majorité chez les garagistes qu’on trouve les roll-overs.  Les sociétés de taxi et services courriers aussi les utilisent.  Mais il existe bien sûr aussi des roll-overs commerciaux et des roll-overs (associés à un tunnel de lavage) destinés au lavage des camionnettes surélevées.

Dans la branche du garage, le roll-over est utilisé pour le lavage de :

Voitures neuves ;

Voitures d’occasion ;

Voitures après un entretien (parfois une obligation imposée par la concession) ;

Voitures avant et/ou après des travaux de carrosserie ;

Flotte individuelle ;

Voitures des clients à titre d’extra (payant) ;

Voitures du personnel à titre d’incitant ;

Poids lourds.