Communiqués Mobilité

TRAXIO réclame l’harmonisation des zones basse émission, voire leur suppression

12-12-2019

Rotterdam a décidé d’abroger sa zone basse émission en deux étapes.  Les voitures essence d’avant 1992 sont à nouveau autorisées à y circuler et les diesels postérieurs à 2001 pourront à nouveau rouler intramuros à partir du 1er janvier 2020.  

Chez nous, Gand instaurera sa zone basse émission (LEZ) au 1er janvier 2020.  Anvers renforcera encore la zone basse émission existante à partir de la même date.  Concrètement les diesels relevant de la norme Euro 4 ne pourront plus circuler dans aucune des deux villes.  A Bruxelles en revanche, ces voitures sont encore autorisées… du moins jusqu’à fin 2021.  La Wallonie quant à elle permet encore aux véhicules diesel 4 de circuler jusqu’à fin 2025, soit six ans de plus qu’en Flandre et quatre de plus qu’à Bruxelles.  Trois régions, trois règles différentes.

Nous devons éviter que notre pays, et par extension l’Europe, se transforme en véritable patchwork de zones basse émission dissonantes pratiquant chacune ses propres règles et interdictions.  « C’est pourquoi nous appelons les ministres régionaux et fédéraux de notre pays à réexaminer les diverses zones basse émission, ou à tout le moins à les harmoniser » précise Pieter Van Bastelaere, directeur Public Affairs chez TRAXIO.  « Une éventuelle suppression des zones basse émission, à l’instar de Rotterdam, devrait également être négociable », ajoute Pieter Van Bastelaere.

 

Actuellement, tous les ministres assistent à la conférence sur le climat des Nations-Unies, la COP25, à Madrid.  TRAXIO aussi est présente et représentée par Pieter Van Bastelaere, membre de la délégation officielle belge. 

Contact:

Pieter VAN BASTELAERE
0486 30 65 32

Photo: Freeimages/Createsima