Mobilité

Michel & Julien Lecrombs: Tout changement crée de nouvelles opportunités

14-11-2018

Les jouets favoris de Michel Lecrombs étaient les petites voitures.  Atteint du virus automobile, il s’acheta naturellement sa première voiture dès l’âge de 18 ans.  Le choix d’une seule voiture fut tellement difficile qu’il fit l’acquisition d’une deuxième, puis une troisième, … ce qui devint trop cher à cause des taxes de circulation.  Pourquoi ne pas demander des ‘plaques garage’ pour trouver une solution ?  L’idée fut surtout le début de la success story de son entreprise. 

Michel Lecrombs se lança définitivement dans sa propre affaire de voitures d’occasion en 1990 après une carrière de 12 ans chez Electrabel.  Dès le début il opta pour le B2B.   « Je n’ai jamais été intéressé par une concession de marque, même si l’on m’avait déjà fait cinq ou six propositions », se souvient-il.  « Le négoce de véhicules d’occasion a évolué et s’est affiné au fil du temps et cela m’a toujours passionné ».

Son fils Julien a rejoint l’affaire il y a sept ans.  Il commença comme employé administratif et acquit ensuite de l’expérience dans le rachat de voitures.  En mars de cette année, Michel Lecrombs a confié son affaire aux mains de la jeune génération.  « Mon fils Julien, mon beau-fils Jean-Philippe Antoine et mon vendeur Arnaud Reinkin ont chacun repris un tiers des parts », précise-t-il.  « Hormis le négoce B2B par Carsys, Julien a désormais lancé avec ses associés une nouvelle affaire en B2C – ID Car – dont Carsys est le grossiste ». 

Saisir les opportunités

« Nous devons oser remettre en question notre business chaque jour et nous adapter rapidement aux évolutions du marché », commente Michel Lecrombs. « Tout à coup le marché veut des moteurs essence et nous devons les trouver et les proposer ».  Julien Lecrombs : « Le retour à l’essence est amorcé mais provoque souvent des réactions bizarres chez les consommateurs.  Les gens qui ont troqué leur diesel pour une essence sont parfois déçus de la consommation - surtout chez les gros rouleurs - et supplient presque pour rouler de nouveau au diesel ! ».

Julien Lecrombs conçoit que la voiture électrique puisse occuper une part du marché : ≤ 15 à 20 %, mais s’attend à une stagnation rapide par manque de stations de charge.  « Changer de batterie peut éventuellement pallier ce manque, comme à l’époque on changeait les chevaux dans les relais de poste », ajoute-t-il.

Carsys travaille à l’international, soutenu par Internet.  « De nombreuses concessions de marque achètent chez nous », témoigne Michel Lecrombs.  « Mais les garages belges considèrent l’occasion comme un poids, alors qu’en France les concessions, à côté de leurs reprises, rachètent des véhicules supplémentaires pour que fleurisse un centre d’occasion ».

Impact de la technique

Julien Lecrombs : « L’évolution technique du monde automobile produit également son effet sur notre commerce.  Nous entretenons de bonnes relations avec les agents de marque parce que nos ateliers ne parviennent plus à accueillir toutes les activités ».

L’équipement proposé sur les voitures neuves – qu’il soit de série ou en option – influence également la demande sur le marché de l’occasion.  « Par le passé, la climatisation était spéciale, aujourd’hui elle doit être standard » explique Michel Lecrombs.  « C’est de plus en plus vrai pour la navigation, les systèmes d’assistance à la conduite etc. ».  Julien Lecrombs : « Nous devons suivre les évolutions au plus près, surveiller les variations des équipements d’un pays à l’autre… ».

Hormis celle de la technique, d’autres influences se font également sentir.  « En raison de la sévérité des contrôles, il n’est plus possible d’acheter une voiture sans limiteur de vitesse en France », indique Julien Lecrombs.  « Le cas échéant, nous devons le monter nous-mêmes.  L’an dernier nous en avons installé quelque 200 ».

Michel Lecrombs : « Les clients B2B attendent davantage de leur fournisseur : le véhicule doit être prêt à la vente, quasiment parfaitement en ordre, ce qui veut dire pour nous que nous devons consacrer plus de temps à la préparation.  Le dossier photographique que nous constituons se trouve généralement déjà en ligne chez notre client avant même qu’il ait reçu la voiture ».  Julien Lecrombs : « La demande de meilleures finitions telles le kit AMG, de belles jantes, est manifeste… Le look est très important. »

Profile

Michel Lecrombs / Julien Lecrombs

Age : 62 / 30

Statut : indépendant

Formation : humanités / ingénieur industriel

Premier emploi : employé chez Electrabel / Carsys

Hobbys : mon travail, ma famille / les ancêtres, ma famille, les expéditions en 4x4

Voiture ou moto de mes rêves : Mercedes S Cabriolet, mais de préférence pouvoir choisir parmi une dizaine / un parking complet pour chaque circonstance

Destination préférée : le Sud de la France / le Maroc, le Sahara, l’Islande

Boisson favorite : le champagne / pas de préférence marquée mais le rhum me passionne

Ambition d’ici 5 à 10 ans : avoir cédé mon affaire me réjouit / fixer et réaliser des objectifs

 

Photo: Benjamin Brolet